La fabrication de l'information par Miguel BENASAYAG

La fabrication de l'information

Titre de livre: La fabrication de l'information

Éditeur: La Découverte

ISBN: 2707153729

Auteur: Miguel BENASAYAG


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: La fabrication de l'information.pdf - 38,212 KB/Sec

Mirror [#1]: La fabrication de l'information.pdf - 34,555 KB/Sec

Mirror [#2]: La fabrication de l'information.pdf - 31,224 KB/Sec

Miguel BENASAYAG avec La fabrication de l'information

La Fabrication de l'information : une réflexion toute en finesse, fruit d'un tandem entre une journaliste et un philosophe, sur le journalisme aujourd'hui, sa posture intellectuelle, ses dérives. Une de plus ? Non : pas de règlements de compte ni de querelles de personnalités, pas de "les bons versus les méchants", tout le contraire d'un montage savant d'idées et de cris vengeurs. Mais une analyse posée, pleine de références essentielles, de Bentham à Deleuze, qui démontre comment une idéologie, nouvel avatar de la pensée unique, conditionne la fabrication de l'information. La transparence : voilà la réponse scandée par les hommes publics et les journalistes à la méfiance quasi-universelle du quidam vis-à-vis de la presse. Résultat, nous sommes dans l'univers du paraître, et ce au nom de la vérité vraie. Les auteurs relèvent un étonnant paradoxe : on a le droit de tout dire, mais à condition de parler de la même chose. Du monde et de ses habitants, nous n'avons qu'une image, celle que les journalistes veulent bien voir, parce qu'elle serait symbolique, révélatrice de la réalité, celle qui passe au travers du filtre de la transparence sacrée. C'est ce que les auteurs appelle le règne de l'idéologie de la communication.

Une centaine de pages qui, nous invitant à réfléchir, se lisent d'un trait, et en disent plus que bien des gros traités. --Anne Barrat

Livres connexes

La Fabrication de l'information : une réflexion toute en finesse, fruit d'un tandem entre une journaliste et un philosophe, sur le journalisme aujourd'hui, sa posture intellectuelle, ses dérives. Une de plus ? Non : pas de règlements de compte ni de querelles de personnalités, pas de "les bons versus les méchants", tout le contraire d'un montage savant d'idées et de cris vengeurs. Mais une analyse posée, pleine de références essentielles, de Bentham à Deleuze, qui démontre comment une idéologie, nouvel avatar de la pensée unique, conditionne la fabrication de l'information. La transparence : voilà la réponse scandée par les hommes publics et les journalistes à la méfiance quasi-universelle du quidam vis-à-vis de la presse. Résultat, nous sommes dans l'univers du paraître, et ce au nom de la vérité vraie. Les auteurs relèvent un étonnant paradoxe : on a le droit de tout dire, mais à condition de parler de la même chose. Du monde et de ses habitants, nous n'avons qu'une image, celle que les journalistes veulent bien voir, parce qu'elle serait symbolique, révélatrice de la réalité, celle qui passe au travers du filtre de la transparence sacrée. C'est ce que les auteurs appelle le règne de l'idéologie de la communication.

Une centaine de pages qui, nous invitant à réfléchir, se lisent d'un trait, et en disent plus que bien des gros traités. --Anne BarratLa Fabrication de l'information : une réflexion toute en finesse, fruit d'un tandem entre une journaliste et un philosophe, sur le journalisme aujourd'hui, sa posture intellectuelle, ses dérives. Une de plus ? Non : pas de règlements de compte ni de querelles de personnalités, pas de "les bons versus les méchants", tout le contraire d'un montage savant d'idées et de cris vengeurs. Mais une analyse posée, pleine de références essentielles, de Bentham à Deleuze, qui démontre comment une idéologie, nouvel avatar de la pensée unique, conditionne la fabrication de l'information. La transparence : voilà la réponse scandée par les hommes publics et les journalistes à la méfiance quasi-universelle du quidam vis-à-vis de la presse. Résultat, nous sommes dans l'univers du paraître, et ce au nom de la vérité vraie. Les auteurs relèvent un étonnant paradoxe : on a le droit de tout dire, mais à condition de parler de la même chose. Du monde et de ses habitants, nous n'avons qu'une image, celle que les journalistes veulent bien voir, parce qu'elle serait symbolique, révélatrice de la réalité, celle qui passe au travers du filtre de la transparence sacrée. C'est ce que les auteurs appelle le règne de l'idéologie de la communication.

Une centaine de pages qui, nous invitant à réfléchir, se lisent d'un trait, et en disent plus que bien des gros traités. --Anne Barrat